Fermer

Où souhaitez-vous
partager cette page?

  • Ville
  • Services
  • Loisirs

Le conseil municipal de Sorel-Tracy a adopté, le 4 juillet 2022, une politique de l’arbre. Il s’agit de la première étape d’une démarche pour préserver et augmenter le nombre d’arbres sur le territoire, mais aussi pour assurer une meilleure gestion de la forêt urbaine à Sorel-Tracy.

La politique de l'arbre est un document qui vise à rassembler l’ensemble des acteurs de la collectivité autour d’une vision commune de l’arbre.

Consultez la politique

Par le biais de cette politique, la Ville de Sorel-Tracy : 

  • reconnaît les arbres et les boisés en tant qu’infrastructures vertes de première importance pour assurer le bien-être de la collectivité;

  • s’engage à augmenter sa canopée urbaine et la résilience de cette dernière, ainsi qu’à diminuer les îlots de chaleur se trouvant sur son territoire;

  • se dote et met en œuvre un cadre d’intervention structuré où la contribution et la collaboration de tous les acteurs du milieu seront essentielles.

La politique de l’arbre constitue un premier jalon d’une démarche structurée qui vise ultimement une meilleure gestion de la forêt urbaine. 

À l’horizon 2047, soit d’ici 25 ans, la Ville souhaite atteindre les cibles stratégiques suivantes :

  • augmenter l’indice de canopée de 24,9% à 35% du périmètre urbain, soit une augmentation nette de plus de 10% correspondant à un accroissement de la couverture par les arbres de 360 hectares;

  • réduire les îlots de chaleur de 13,5% à 8,5% du périmètre urbain, soit une diminution nette de 5% équivalente à une superficie de 178 hectares.

Le chêne rouge, arbre emblématique de Sorel-Tracy

Dans la canopée urbaine actuelle, le chêne rouge compose 12 % des arbres répertoriés sur les propriétés de la Ville de Sorel-Tracy, pour un total de 748. Plusieurs spécimens d’envergure et en bonne condition sont présents sur le territoire. Par l’adoption de sa Politique de l’arbre, la Ville désigne le Chêne rouge, arbre emblématique de Sorel-Tracy.


  • L'agrile du frêne

    L’agrile du frêne est un insecte ravageur qui attaque et tue toutes les essences de frênes. Originaire de l’Asie orientale, on l’a détecté pour la première fois au Canada et aux États-Unis en 2002. Depuis 2002, plusieurs détections de l’agrile du frêne ont été faites dans plusieurs régions du Québec et de l’Ontario ainsi que dans le nord-est des États-Unis. En avril 2014, la MRC de Pierre-De Saurel a été identifiée comme faisant partie de la zone réglementée à l'égard de l'agrile du frêne déterminée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Ce qui veut dire que l’agrile peut être présent sur notre territoire et que des mesures réglementaires fédérales interdisent le déplacement de certains produits du frêne. L’agrile du frêne a d’ailleurs été détecté sur le territoire de Sorel-Tracy et la présence de l’insecte a été confirmée par l’ACIA.

    Agrile du frêne (taille réelle)

    Abattage de frênes 2020

    171 arbres ont été abattus à l’automne 2020 afin de contrer l’agrile du frêne. 

    Consultez le plan de localisation des frênes abattus en 2020

    Consultez la liste des frênes abattus en 2020

    Un nombre équivalent d’arbres de différentes essences a rapidement été planté afin d’augmenter la biodiversité et de réduire ainsi les risques de propagation future d’insectes nuisibles ou de maladies.

    Les résidus d’abattage sont revalorisés de plusieurs façons : coupés en bûches destinées à alimenter les foyers extérieurs de la Ville, offertes lors de la journée annuelle de distribution de végétaux, ou encore, déchiquetés en copeaux de petite taille pour être ensuite utilisés comme couche de protection au pied des arbres de la ville.

    Abattage de frênes à l'automne 2019

    96 arbres ont été abattus au cours de l’automne 2019 afin de contrer l’agrile du frêne.  

    Consultez le plan de localisation des frênes abattus en 2019

    Un nombre équivalent d’arbres de différentes essences a été planté afin d’augmenter la biodiversité et de réduire ainsi les risques de propagation future d’insectes nuisibles ou de maladies.

    Comment se propage-t-il ?

    L’agrile du frêne peut effectuer des vols de plusieurs kilomètres, mais un autre facteur important qui contribue à sa propagation est le transport du bois de chauffage, du matériel de pépinière, d’arbres, de branches, de souches, du bois d’œuvre, des copeaux de bois ou d’écorce et des matériaux d’emballage en bois contenant du frêne. Ce sont donc tous ces produits de frêne qui sont réglementés par l’ACIA ainsi que le bois de chauffage de toutes essences.

    Signes d’infestation

    • Éclaircissement de la couronne de l’arbre;

    • Diminution de la densité du feuillage;

    • Encoches d’alimentation en bordure des feuilles laissées par l’insecte adulte;

    • Prolifération de gourmands sur le tronc ou les branches;

    • Fentes verticales sur l’écorce de l’arbre;

    • Petits trous en forme de D sur l’écorce;

    • Galeries (en S) sous l’écorce remplies de sciure fine.  

    Pour plus de détails sur les signes d'infestation, vous pouvez aussi consulter la section spéciale de l'ACIA

    Galeries en «S» causées par les larves d'agrile.

    Que faire en tant que citoyen ?

    Tout d'abord, il est important de pouvoir déterminer si vous comptez des frênes parmi les arbres qui sont sur votre terrain.

    Qu'est-ce qu'un frêne ?

    Les frênes sont des arbres très abondants dans les villes et près des cours d’eau. La raison est simple, ils sont faciles à produire, résistent à toutes les conditions de croissance difficiles et poussent relativement rapidement. L’agrile du frêne s’attaque exclusivement aux frênes de toutes les espèces en Amérique du Nord.

    Les feuilles et les branches

    Hormis l’érable à Giguère, aussi très abondant en milieux urbains, le frêne est l'un des seuls arbres feuillus qui possède des feuilles composées opposées. Ses feuilles sont composées d’un nombre impair (5 à 11) de folioles (petites feuilles). Chaque feuille, et chaque branche, est jumelée à une autre feuille de l’autre côté, au même niveau. Contrairement aux érables à Giguère, les folioles des frênes ne présentent pas de dents, elles sont de forme ovale et se terminent en pointe.

    L’écorce

    L’écorce des frênes peut varier en couleur ou selon l’âge de l’arbre. Les jeunes frênes possèdent une écorce relativement lisse dont la couleur peut varier du gris au brun rougeâtre. L’écorce des gros frênes est grise et présente des crêtes qui s’entrecroisent en formant des losanges réguliers.

    Que faire si mon frêne présente des signes de dépérissement ?

    Vous pouvez consulter un arboriculteur ou une entreprise en émondage pour vous faire confirmer si votre arbre est attaqué par l’agrile ou souffre d’un autre problème. Si vous désirez abattre votre arbre, vous devez obtenir un certificat d’abattage avant de procéder. Pour ce faire, vous devez communiquer avec le Service de la planification et du développement urbain au 450 780-5600 poste 5690. 

    Pour des renseignements supplémentaires, vous pouvez aussi consulter le site de l’ACIA

    Période d’abattage ou d’élagage

    La période du 1er octobre au 15 mars correspond à la période d'hivernation de l'insecte. C’est la période idéale pour abattre ou pour élaguer un frêne mort ou malade, car l’agrile du frêne se trouve alors à l’état de larve dans l’arbre et les risques de dispersion sont très faibles.

    Comment disposer des résidus d’abattage pour éviter que l’agrile se propage?

    Les résidus de frêne tels que les branches ou les bûches, dont le diamètre n’excède pas 20 cm, doivent être immédiatement déchiquetés sur place lors de travaux d’élagage ou d’abattage. La taille des copeaux résultant de ce déchiquetage ne doit pas excéder 2,5 cm sur au moins deux de leurs côtés. Les copeaux de bois déchiqueté sont acceptés à l’écocentre régional et dans les bacs de compost (bacs bruns).

    Entre le 1er octobre et le 15 mars, les résidus de frêne, tels que les branches ou les bûches, dont le diamètre excède 20 cm, doivent être :

    • acheminés à un site de traitement autorisé (ex. : écocentre) dans les jours suivant les travaux d’abattage ou d’élagage;

    • acheminés à une compagnie de transformation du bois;

    • conservés sur place, pour être transformés à l’aide d’un procédé conforme dans les jours suivant les travaux d’abattage ou d’élagage.

    Entre le 15 mars et le 1er octobre, les résidus de frêne, tels que les branches ou les bûches, dont le diamètre excède 20 cm, doivent être : 

    • transformés sur place à l’aide d’un procédé conforme;

    • conservés, sur place, jusqu’au 1er octobre pour ensuite être transportés, dans les jours suivants, dans un site de traitement autorisé (ex. : Écocentre ).

    Actions qui ont été réalisées par la Ville de Sorel-Tracy

    • Identification des sites (espaces verts) appartenant à la Ville qui contiennent une forte proportion de frênes;

    • Installation de 6 pièges répartis uniformément sur notre territoire au printemps 2015. Les insectes piégés seront envoyés à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour l’identification formelle. 

    • Réalisation de l'inventaire de tous les arbres situés sur les terrains publics appartenant à la Ville de Sorel-Tracy (parcs et espaces verts, terre-pleins et îlots ainsi que sur les terrains des bâtiments municipaux).

    • Injections au biopesticide TreeAzin en août 2018 dans le but de ralentir la mortalité d’une quarantaine de frênes situés dans les parcs du carré Royal (13 arbres) et Bord-de-l'Eau (28 arbres). En juin 2019, 20 arbres supplémentaires ont été traités au TreeAzin dans les parcs Pelletier (13 arbres) et Maisouna (7 arbres). Le produit utilisé ne présente pas de danger pour les humains ni pour les animaux.

    • 175 arbres ont été abattus au cours de l’automne 2018 afin de contrer l’agrile du frêne. Vous pouvez visualiser le plan de localisation des frênes abattus en 2018.